Chaque année, les différentes saisons sont synonymes d’activités spécifiques pour les abeilles. D’une période à une autre, leurs priorités sont différentes. Quelles sont les différentes saisons de la ruche ? Découvrons-le ensemble.

Printemps : l’heure de la reprise a sonné pour la ruche

Le printemps est la saison qui marque le redémarrage des activités de la ruche. Après l’hivernation, les premières abeilles commencent à sortir pour partir en reconnaissance. Elles vont partir à la recherche des premières fleurs qui ont poussé à la fin du grand froid. Les abeilles ont faim et reprendre des forces constitue l’une des priorités à cette saison.

Les premiers pollens commencent à abonder. Néanmoins, certaines variétés de plantes se développent plus rapidement au début du printemps, tandis que d’autres attendront un peu plus. Le choix est donc encore limité. Heureusement, la pollinisation entreprise par les abeilles permettra à de nouvelles espèces de se reproduire plus rapidement.

Les ouvrières partent en quête de pollen. Ce produit sera utilisé pour constituer les réserves de la ruche. Par ailleurs, les larves en sont nourries exclusivement. Pour faire des provisions, les abeilles stockent le pollen sur leurs pattes arrière. Avec de bonnes rations, les ouvrières pourront de nouveau démarrer leurs activités au sein de la ruche.

Le printemps marque également la période de ponte. La reine sort de la ruche pour faire son vol nuptial. Les mâles attirés par ses phéromones la suivront de près pour pouvoir la féconder. Ces derniers mourront après l’accouplement. La reine peut pondre jusqu’à 2000 œufs par jour au printemps.

Été : les activités sont à leurs apogées

L’été et le soleil sont synonymes de grand butinage pour les abeilles. C’est durant cette période de l’année que le travail est le plus intense dans la ruche. Chaque ouvrière devra faire plusieurs allers-retours pour pouvoir ramener le maximum de nectar et de pollen. Le labeur est plus intense en été, car les abeilles préparent la grande production de miel.

Cette saison de l’année est la plus rentable pour l’apiculteur. En effet, c’est durant l’été que le miel est produit en grande quantité dans les ruches. Ensuite, chaque alvéole remplie de ce précieux produit est recouverte d’un opercule de cire pour en garantir la qualité.

Les saisons chaudes marquent également la récolte du miel. Une fois les derniers opercules posés, on estime que le miel a atteint sa maturité. À ce stade, sa teneur en eau devra se situer aux environs de 18 %. Elle pourra alors de conserver plus longtemps sans risque de fermentation.

Automne : Préparation à l’hiver

L’automne est une saison durant laquelle les activités de la ruche commencent à ralentir. Les abeilles ne sont plus aussi nombreuses à sortir. La reine quant à elle pond moins d’œufs à cette période. La priorité pour cette saison est de se préparer à l’hivernage en se constituant des réserves de nourriture.

Quelques espèces de fleurs éclosent peu de temps avant la fin de l’automne. Les abeilles profitent de cela pour les butiner. Une fois les réserves constituées, la colonie se consacre entièrement à la préparation pour affronter le grand froid de l’hiver.

Les abeilles effectuent des vols multiples pour réguler leur température. Cette manœuvre est importante, car elle leur permet de mieux résister au froid. C’est également à cette période que les derniers mâles sont expulsés de la ruche pour limiter les consommations de ressources.

Hiver : arrêt des activités de la ruche

En hiver, les abeilles marquent un arrêt total de leurs activités. Elles se regroupent en grappe au centre de la ruche. Cette pratique leur permet de résister au froid. Elle permet également aux abeilles de se nourrir plus facilement.

Article similaire